TEMOIGNAGE

Bienvenue dans notre rubrique témoignage.

Je me suis marié à Delphine le 29 juillet 1989. En juin 1990, comme fruit de notre union, nous avons eu une fille. Quelques temps après je suis tombé malade et interné à l'hôpital de la CNPS. Malgré tous les examens effectués, ma maladie n'avait pas été diagnostiquée avec exactitude. Au sortir de l'hôpital, mes proches parents m'ont conduit à un groupe de prière du quartier environnant. Au cours d'un rassemblement de prière, l'intercesseur a reçu, je ne sais comment, des médaillons dont il disait être des protections, et les vendait à 5000 FCF. J'en étais évidemment preneur. De retour à la maison j'avais présenté ce médaillon à ma petite fille en lui disant que c'était notre protection. Tout de suite elle a commencé à pleurer et ce, durant toute la nuit. Dans la panique, je m'étais rendu compte que ce médaillon n'était pas une protection du tout. Très tôt le matin, j'avais rencontré le Père Léon Debruynes, Curé de ma paroisse qui m'avait aidé à me débarrasser de cet objet infesté, et m'a donné rendez-vous le vendredi suivant pour une assemblée de prière charismatique, cette fois-là authentique. Depuis lors jusqu'à maintenant, je demeure dans ce courant de grâces de l'Esprit Saint et je rends grâce à Dieu qui, par le biais d'une maladie, m'a donné de découvrir et de vivre la grâce du Renouveau Charismatique Catholique.
Frère Denis SONLA
Renouveau Charismatique, Courant de grâces
Le jour où j'ai assisté pour la première fois à une prière d'effusion à l'Esprit Saint, j'étais assis au fond de l'Eglise, alors que la communauté Colonne de Feu faisait sa cérémonie des engagements dans ma paroisse Saint Augustin de Ngousso. Assoiffé d'en connaître plus, je suis revenu la semaine suivante demander à Jésus devant le Saint Sacrement de me permettre d'être réellement rempli de son Esprit. Quelques jours après cette demande, alors que je faisais le chapelet dans ma chambre, un matin, je me suis surpris entrain de prier en langue. Cette expérience m'a rempli d'une très grande joie. Depuis lors la prière en langue est devenue mon pain quotidien. Et la vie dans l'Esprit une réalité nouvelle dans laquelle je chemine avec émerveillement chaque jour.
Frère Daniel
l'effusion de l'Esprit Saint et la prière en langue.
Je venais de perdre mon époux des suites d'une longue maladie qui avait pris toutes nos économies. Me retrouvant incapable de me nourrir correctement avec un bébé en main, je me décidai à rentrer cultiver au village. Chaque matin, je me rendais au champ et faisais coucher mon bébé sous un manguier en la confiant dans la prière à la Vierge Marie. De retour du champ un jour, une maman du village vint à moi et me dit : ''courage n'aie peur de rien'', ta belle mère te garde au champ. Une autre fois la même maman revint à charge en disant ''les gens du village disent que ta belle mère veille sur ton enfant pendant que toi tu es en train de travailler '', ma belle mère était décédée des années auparavant quand mon défunt mari n’était qu’un gamin. Je compris cette fois que la Vierge que j'appelais pour protéger mon enfant chaque jour le faisait effectivement. Merci Maman parce que tu continues de nous garder et nous secourir.
Sœur Béatrice ABEGA
La Vierge protectrice
Ça fait 35 ans que je suis marié avec ma femme Anne; je pensais à l'époque à une autre vocation que j'avais eu à l'âge de 12 ans. Je désirais être prêtre. J'en avais fais part à mon directeur spirituel le père Georges Miault, Oblat de Marie Immaculée en 1983 à Garoua. Le père m'a mis alors en contact avec l'archevêque de Garoua qui était Monseigneur Tumi, aujourd'hui Christian Cardinal Tumi. À la suite d'un cheminement qui a pris un certain temps, le jour où il devait m'envoyer au Grand Séminaire de Maroua, quand je suis arrivé devant lui à son bureau, il m'a fixé et m'a dit: "tu n’iras pas à Maroua, tu vas te marier et cela te servira de sacerdoce. Sois fidèle à ta femme et ce sera pour toi le sacerdoce ministériel. Sur le moment, cela m'a révolté, et en allant le dire à mon directeur spirituel, il m'a encouragé à accueillir le discernement de Monseigneur. Deux mois après je suis tombé gravement malade et le père Georges m'a dit que la maladie était un signe que je n'aurais pas pu rester au Séminaire. Voilà comment je suis marié aujourd'hui et heureux de l'être et je rends grâce à Dieu et suis reconnaissant à celui qui à l'époque à su me faire découvrir ma vocation, l'archevêque d'alors, aujourd'hui Christian Cardinal Tumi.
Frère Florent
Discernement de ma vocation
La CAV de décembre 2011 organisée par la Communauté Charismatique Colonne de Feu à la paroisse Saint Marc de Soa : Point de départ d’une aventure qui devait aboutir à la naissance de cette communauté de paroisse. Une semaine d’évangélisation à laquelle ont assisté Maman Georgette EMBOLLO aujourd’hui Bergère de la Communauté de Paroisse de NKOZOA et la sœur Bertille WAFFO. Nous nous voyions souvent en paroisse à l’occasion des Messes quotidiennes. La participation à cette campagne de la CAV nous a rapprochées. Après la campagne, Maman Georgette a émis le désir de lancer un groupe à Soa car nouvellement arrivée dans cette ville en provenance de Sangmélima, elle se désolait de ne pas trouver un groupe du renouveau Charismatique qui lui convienne. C’est ainsi qu’elle me parle du RCC et son expérience dans Feux et Lumières à Sangmélima. Maman Alphonsine qui vit les Messe quotidienne avec nous avait elle aussi déjà fait l’expérience du RCC par le passé. L’idée nous séduit et toutes les trois nous rencontrons le curé l’Abbé Jean Christian BIWOLE qui nous donne son accord. Un communiqué est lancé et le groupe nait en mai 2012 avec le nom de Colonne de Feu. Les assemblées de prière se tiennent régulièrement, des personnes ayant connu la communauté ailleurs se joignent à nous, en Occurrence Estelle NGOBA et Odette. J’étais fasciné mon premier contact avec le RCC était le Congrès panafricain de 2011 auquel j’avais assisté par « hasard » (ce que je croyais en tout cas). C’est ainsi qu’un an après cette campagne qui n’avait pas du tout fait foule (juste une poignée de paroissien), la communauté est revenue à l’invitation de ce groupe naissant faire une campagne dans une église pleine à craquer.
Sœur Anne Bertille WAFFO
Renouveau Charismatique, Courant de grâce
Nous étions 5 membres de Colonne Feu sur le chemin de retour d'une mission de charité auprès des prisonniers de la prison de MFOU, proche banlieue de Yaoundé, notre voiture tomba en panne, et le moteur s'arrêta net. Toutes les tentatives de démarrage furent vaines. Le garage et le mécanicien étaient introuvables ce 24 décembre, et de surcroît, à la tombée de la nuit. Comme mes autres compères, je me sentais très fatigué et j'avais hâte de rejoindre mon domicile pour un repos bien mérité, après une journée de dur labeur. C'est ici que le Seigneur intervint : dans un acte de foi je demandai à tous les passagers de rejoindre leur place, puis j'ordonnai au chauffeur de démarrer, et la voiture obtempéra et démarra. Et nous arrivâmes ainsi à bon port, ébaillis que nous étions de la puissance aimante de Jésus pour ses serviteurs (Léonard NLAM, 24 déc 1990).
Frère Léonard NLAM